À quoi se fier ?

À quoi se fier ?

Clique sur l'image pour obtenir le PDF !

 

Proverbes 31 v10-31

10Une femme vaillante est une véritable trouvaille ! Elle a plus de valeur que des perles.

11Son mari place sa confiance en elle, elle ne lui gaspille pas son bien.

12Elle ne lui cause jamais de tort, mais elle lui donne du bonheur tous les jours de sa vie.

13Elle se procure de la laine et du lin et travaille de ses mains avec ardeur.

14Pareille aux navires marchands, elle amène de loin sa nourriture.

15Elle se lève avant le jour, prépare le repas de sa famille et distribue à ses servantes leur travail.

16Après avoir bien réfléchi, elle achète un champ et plante une vigne grâce à l’argent qu’elle a gagné.

17Elle se met au travail avec énergie et ne laisse jamais ses bras inactifs.

18Elle constate que ses affaires vont bien, elle travaille même la nuit à la lumière de sa lampe.

19Ses mains s’activent à filer la laine, ses doigts à tisser des vêtements.

20Elle tend une main secourable aux malheureux, elle est généreuse envers les pauvres.

21Elle ne craint pas le froid pour les siens, car chacun dans sa maison a double vêtement.

22Elle se fabrique des tapis et porte des habits raffinés en lin pourpre.

23Son mari est un notable honorablement connu, il participe aux délibérations du conseil de la ville.

24Elle confectionne des vêtements et les vend, elle livre des ceintures au marchand qui passe.

25La force et la dignité sont sa parure, elle sourit en pensant à l’avenir.

26Elle s’exprime avec sagesse, elle sait donner des conseils avec bonté.

27Elle surveille tout ce qui se passe dans sa maison et refuse de rester inactive.

28Ses enfants viennent la féliciter. Son mari chante ses louanges.

29« Bien des femmes se montrent vaillantes, dit-il, mais toi, tu les surpasses toutes. »

30Le charme est trompeur, la beauté passagère, seule une femme soumise au Seigneur est digne d’éloge.

31Que l’on récompense sa peine ! Que l’on chante ses mérites sur les places publiques !

 

Note ZeBible* page 1169

Parfaite de A à Z
Ce poème fait l'éloge de la femme idéale selon les critères de l'époque du sage. Pour faire le tour de ses talents, le poème en hébreu commence chaque verset par une lettre différente en suivant l'ordre de l'alphabet. Cette femme parfaite ne semble pas avoir le temps d'être une épouse tendre ou une mère affectueuse. Mais elle n'est pas réduite à sa fonction conjugale, maternelle et domestique. Ce qui fait sa valeur, c'est son rôle économique et social.