Dieu accueille à bras ouvert

Dieu accueille à bras ouverts

Clique sur l'image pour obtenir le PDF !

 

Luc 15 v11-32

11Jésus dit encore : « Un homme a deux fils.

12Le plus jeune dit à son père : “Père, donne-moi ma part d’héritage.” Alors le père partage ses richesses entre ses deux fils.

13Quelques jours après, le plus jeune fils vend tout ce qu’il a reçu et il part avec l’argent dans un pays éloigné. Là, il se conduit très mal et il dépense tout son argent.

14Quand il a tout dépensé, une grande famine arrive dans le pays, et le fils commence à manquer de tout.

15Il va travailler pour un habitant de ce pays. Cet homme l’envoie dans les champs garder les cochons.

16Le fils a envie de manger la nourriture des cochons, mais personne ne lui en donne.

17Alors il se met à réfléchir. Il se dit : “Chez mon père, tous les ouvriers ont assez à manger, et même ils en ont trop ! Et moi, ici, je meurs de faim !

18Je vais partir pour retourner chez mon père et je vais lui dire : Père, j’ai péché contre Dieu et contre toi.

19Je ne mérite plus d’être appelé ton fils. Fais comme si j’étais l’un de tes ouvriers.”

20Il part pour retourner chez son père.« Le fils est encore loin. Mais son père le voit et il est plein de pitié pour lui. Il court à sa rencontre, il le serre contre lui et l’embrasse. 21Alors le fils dit à son père : “Père, j’ai péché contre Dieu et contre toi, je ne mérite plus d’être appelé ton fils.”

22Mais le père dit à ses serviteurs : “Vite ! Apportez le plus beau vêtement et habillez mon fils. Mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds.

23Amenez le veau qu’on a fait grossir et tuez-le. Mangeons et faisons la fête.

24Oui, mon fils qui est là était mort et il est revenu à la vie. Il était perdu et il est retrouvé !” Ils commencent à faire la fête.

25« Pendant ce temps, le fils aîné travaillait dans les champs. Quand il revient et s’approche de la maison, il entend de la musique et des danses.

26Il appelle un des serviteurs et il lui demande ce qui se passe.

27Le serviteur lui répond : “C’est ton frère qui est arrivé. Et ton père a fait tuer le gros veau, parce qu’il a retrouvé son fils en bonne santé.”

28Alors le fils aîné se met en colère et il ne veut pas entrer dans la maison. Le père sort pour lui demander d’entrer,

29mais le fils aîné répond à son père : “Écoute ! Depuis de nombreuses années, je travaille pour toi. Je n’ai jamais refusé d’obéir à tes ordres. Pourtant, tu ne m’as jamais donné une petite chèvre pour faire la fête avec mes amis.

30Ton fils qui est là a mangé tout ton argent avec des filles, mais quand il arrive, tu fais tuer le gros veau pour lui !”

31Le père lui répond : “Mon enfant, toi, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi.

32Mais il fallait faire la fête et nous réjouir. En effet, ton frère qui est là était mort et il est revenu à la vie. Il était perdu et il est retrouvé.” »

 

 

Note ZeBible* page 1806

Le pardon comme une fête !
Nos histoires de famille sont souvent compliquées. Ce fils, en prenant son héritage, coupe tous les liens. Dès son retour, son père lui redonne son statut de fils. Le grand frère, enfermé dans ses jugements, lui, le rejette. Le pardon de Dieu n’est pas une question de mérite ou d’héritage. C’est un lien d’amour rétabli. Recevoir le pardon, ce n’est pas se rabaisser, s’enchaîner dans la culpabilité. Au contraire, c’est accueillir le regard de Dieu sur sa vie, un regard qui aide à grandir, à être davantage libre et vrai. Et ça vaut bien une petite fête quand même ! Le frère aîné y est invité.

Voudra-t-il en être ?