Barac

Déborah ou le courage au féminin

Déborah ou le courage du féminin

Clique sur l'image pour obtenir le PDF !

Juges 4V1-21

1 Après la mort d’Éhoud, les Israélites firent de nouveau ce qui déplaît au Seigneur.

2 Le Seigneur les livra à Yabin, un roi cananéen qui résidait dans la ville de Hassor. Le chef de son armée était Sisra, qui habitait Harocheth-Goïm.

3 Yabin possédait neuf cents chars de fer et il opprima durement les Israélites pendant vingt ans. Alors ceux-ci appelèrent le Seigneur au secours.

4 A cette époque, Débora, femme de Lapidoth, qui était prophétesse, rendait la justice en Israël.

5 Elle siégeait sous un palmier, appelé ensuite palmier de Débora, entre Rama et Béthel, dans la région montagneuse d’Éfraïm. C’est là que les Israélites venaient la consulter.

6 Un jour, Débora convoqua Barac, fils d’Abinoam, de Quédech dans le territoire de Neftali. Elle lui dit : « Voici ce que le Seigneur, Dieu d’Israël, t’ordonne : “Va recruter dix mille hommes dans les tribus de Neftali et de Zabulon et conduis-les sur le mont Tabor.

7 J’inciterai Sisra, chef de l’armée de Yabin, à venir au torrent de Quichonpour t’attaquer avec ses chars et ses troupes, et je le livrerai en ton pouvoir.” »

8 Barac répondit à Débora : « Si tu viens avec moi, j’irai, mais si tu ne viens pas, je refuse de m’y rendre. » –

9 « Je t’accompagnerai donc, déclara-t-elle, cependant tu ne tireras aucune gloire de cette expédition, car c’est à une femme que le Seigneur livrera Sisra. » Débora se rendit à Quédech avec Barac.

10 Celui-ci y rassembla les tribus de Neftali et de Zabulon. Dix mille hommes décidèrent de le suivre, et Débora elle-même partit avec lui.

11 Près de Quédech se trouvait Héber, le Quénite. Il s’était séparé des autres Quénites descendant de Hobab, le beau-frère de Moïse, et il avait planté sa tente à côté du chêne de Saananim.

12 Sisra apprit que Barac, fils d’Abinoam, était monté sur le Tabor.

13 Il rassembla ses neuf cents chars de fer et tous ses hommes à Harocheth-Goïm, puis, de là, ils se rendirent au torrent de Quichon.

14 Alors Débora dit à Barac : « En route ! C’est aujourd’hui que le Seigneur va te livrer Sisra. Le Seigneur lui-même marche devant toi ! » Barac descendit du mont Tabor à la tête de ses dix mille hommes.

15 Il se lança à l’attaque et le Seigneur mit en déroute devant lui Sisra, tous ses chars et toutes ses troupes. Sisra abandonna son char et s’enfuit à pied.

16 Barac poursuivit les chars et l’armée ennemis jusqu’à Harocheth-Goïm. Les troupes de Sisra furent massacrées : il n’en resta pas un seul homme.

17 Sisra s’enfuit en courant jusqu’à la tente de Yaël, femme de Héber le Quénite, parce que la paix régnait entre la famille de Héber et le roi Yabin de Hassor.

18 Yaël sortit au-devant de Sisra et lui dit : « Entre ici, mon général, entre chez moi. N’aie pas peur ! » Il entra dans sa tente et elle le cacha sous une couverture.

19 Il lui dit : « S’il te plaît, donne-moi un peu d’eau à boire ; j’ai soif. » Elle ouvrit l’outre contenant du lait et lui donna à boire, puis elle remit la couverture sur lui.

20 Il lui dit encore : « Reste à l’entrée de la tente et si on vient te demander : “Y a-t-il quelqu’un ici ?” tu répondras : “Non !” »

21 Sisra, épuisé de fatigue, s’endormit profondément. Yaël prit alors un marteau et un piquet de la tente, et s’approcha doucement de lui. Elle lui transperça la tête avec le piquet qui s’enfonça dans le sol. Sisra en mourut.

Portrait ZeBible page 345

Débora : le courage au féminin

Débora, une prophétesse, exerce les fonctions de juge (Jug 2.16) : les Israélites vont la voir pour régler leurs problèmes. Après la mort de Josué, Israël, enfin installé dans le pays promis, connaît bien des troubles. Voilà 20 ans que le roi cananéen Yabin et son général Sisra oppriment le peuple de Dieu. Débora se lève, va trouver Barac, lui demande de recruter 10 000 hommes et d'attaquer cet ennemi. Même avec cette troupe, Barac n'ose pas y aller sans Débora ! Pas étonnant alors que la victoire soit attribuée au courage de cette femme... et à une certaine Yaël qui porte le coup fatal (Jug 4). Le cantique de Débora, l'un des plus vieux poème de l'Ancien Testament, raconte cette victoire (Jug 5)

Note ZeBible page 345

Pour la bonne cause ? 
Yaël tue Sisra, chef de guerre, par ruse et avec une grande violence. Le geste meurtrier de Yaël choque. Elle transgresse les lois de l’hospitalité. Elle fait prendre un risque énorme aux siens en assassinant un général avec lequel son clan est en paix. Mais elle contribue à mettre fin au règne de Yabin, le roi cananéen qui opprime les Israélites depuis vingt ans. Fallait-il rester sans rien faire alors que l’occasion se présentait de mettre fin à cette tyrannie ? En temps de guerre, il n’est pas toujours facile de déterminer ce qui est juste et ce qui ne l’est pas. L’histoire de Yaël ressemble à celle de Judithµ qui délivrera la cité de Bétulie en tuant par la ruse le général assyrien Holopherne
(Judith 8–16 p.1413).