clouer

Lynchage public

Lynchage public

Clique sur l'image pour obtenir le PDF !

 

Marc 15V1-20

1 Tôt le matin, les chefs des prêtres se réunirent en séance avec les anciens et les maîtres de la loi, c’est-à-dire tout le Conseil supérieur. Ils firent ligoter Jésus, l’emmenèrent et le livrèrent à Pilate.

2 Celui-ci l’interrogea : « Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus lui répondit : « Tu le dis. »

3 Les chefs des prêtres portaient de nombreuses accusations contre Jésus.

4 Alors, Pilate l’interrogea de nouveau : « Ne réponds-tu rien ? Tu entends combien d’accusations ils portent contre toi ! »

5 Mais Jésus ne répondit plus rien, de sorte que Pilate était étonné.

6 A chaque fête de la Pâque, Pilate libérait un prisonnier, celui que la foule demandait.

7 Or, un certain Barabbas était en prison avec des rebelles qui avaient commis un meurtre lors d’une révolte. 8La foule se rendit donc à la résidence de Pilate et tous se mirent à lui demander ce qu’il avait l’habitude de leur accorder.

9 Pilate leur répondit : « Voulez-vous que je vous libère le roi des Juifs ? »

10 Il savait bien, en effet, que les chefs des prêtres lui avaient livré Jésus par jalousie.

11 Mais les chefs des prêtres poussèrent la foule à demander que Pilate leur libère plutôt Barabbas.

12 Pilate s’adressa de nouveau à la foule : « Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez le roi des Juifs ? »

13 Ils lui répondirent en criant : « Cloue-le sur une croix ! »

14 Pilate leur demanda : « Quel mal a-t-il donc commis ? » Mais ils crièrent encore plus fort : « Cloue-le sur une croix ! »

15 Pilate voulut contenter la foule et leur libéra Barabbas ; puis il fit frapper Jésus à coups de fouet et le livra pour qu’on le cloue sur une croix.

16 Les soldats emmenèrent Jésus à l’intérieur du palais du gouverneur, et ils appelèrent toute la troupe.

17 Ils le revêtirent d’un manteau rouge, tressèrent une couronne avec des branches épineuses et la posèrent sur sa tête.

18 Puis ils se mirent à le saluer : « Salut, roi des Juifs ! »

19 Et ils le frappaient sur la tête avec un roseau, crachaient sur lui et se mettaient à genoux pour s’incliner bien bas devant lui.

20 Quand ils se furent bien moqués de lui, ils lui enlevèrent le manteau rouge et lui remirent ses vêtements. Puis ils l’emmenèrent au-dehors pour le clouer sur une croix.

 

Note ZeBible page 1764

Lynchage public
Seules les autorités romaines ont le pouvoir de condamner à mort. La coutume voulait qu’à l’occasion de la fête de la Pâque, un prisonnier soit libéré. Pilate ne résiste pas à la pression de la foule manipulée : le meurtrier est gracié, l’innocent est condamné à mort.