moissonneurs

Un couple de bonté

15_02_2014.jpg

1Noémi avait un parent du côté d’Élimélek, son mari. C’était un homme riche et considéré, appelé Booz.  

2Un jour, Ruth la Moabite dit à Noémi :

« Permets-moi d’aller dans un champ ramasser les épis que les moissonneurs laissent derrière eux. Je trouverai bien quelqu’un d’assez bon pour me le permettre. »

 

– « Vas-y, ma fille », répondit Noémi.

 

3Ruth partit donc et alla glaner dans un champ, derrière les moissonneurs. Or il se trouva que ce champ appartenait à Booz, le parent d’Élimélek.

 

4Un peu plus tard, Booz arriva de Bethléem. Il salua les moissonneurs en disant :

« Que le Seigneur soit avec vous ! »

 

– « Que le Seigneur te bénisse ! » répondirent-ils.

 

5Booz demanda au chef des moissonneurs :

« Qui est cette jeune femme ? »

 

6L’homme répondit :

« C’est la jeune Moabite, celle qui a accompagné Noémi à son retour de Moab. 7Elle a demandé la permission de glaner derrière les moissonneurs. Elle est venue ce matin et jusqu’à maintenant c’est à peine si elle s’est reposée. »

 

8Alors Booz dit à Ruth :

« Écoute mon conseil. Ne va pas glaner dans un autre champ ; reste ici et travaille avec mes servantes. 9Observe bien à quel endroit le champ est moissonné et suis les femmes qui glanent. Sache que j’ai ordonné à mes serviteurs de te laisser tranquille. Si tu as soif, va boire de l’eau dans les cruches qu’ils ont remplies. »

 

10Ruth s’inclina jusqu’à terre et dit à Booz :

« Pourquoi me traites-tu avec tant de bonté et t’intéresses-tu à moi qui suis une étrangère ? »

 

11Booz répondit :

« On m’a raconté comment tu as agi à l’égard de ta belle-mère depuis que ton mari est mort. Je sais que tu as quitté ton père, ta mère et le pays où tu es née pour venir vivre au milieu d’un peuple que tu ne connaissais pas auparavant. 12Je souhaite que le Seigneur te récompense pour tout cela. Oui, que le Seigneur, le Dieu d’Israël, te récompense abondamment, puisque c’est sous sa protection que tu es venue te placer. »

 

13Ruth répondit :

« Tu es vraiment bon pour moi, maître ! Tu me donnes du courage en me parlant aussi amicalement, alors que je ne suis même pas l’égale d’une de tes servantes. »

 

14A l’heure du repas, Booz dit à Ruth :

« Viens manger avec nous ; prends un morceau de pain et trempe-le dans la vinaigrette. »

 

Ruth s’assit donc à côté des moissonneurs et Booz lui offrit des grains rôtis. Elle en mangea autant qu’elle voulut et il lui en resta.

 

15Lorsqu’elle fut retournée glaner, Booz donna cet ordre à ses serviteurs :

« Laissez-la glaner également entre les gerbes sans lui adresser de remarques.16Retirez même quelques épis des gerbes et abandonnez-les par terre pour qu’elle les ramasse. Surtout, ne lui reprochez rien. »

 

17Ruth glana dans le champ de Booz jusqu’au soir, puis elle battit les épis qu’elle avait ramassés et elle remplit un grand sac de grains d’orge.