déranger

Urgence

Urgence

Clique sur l'image pour obtenir le PDF !


Marc 5V21-43

21 Jésus revint en barque de l’autre côté du lac. Une grande foule s’assembla autour de lui alors qu’il se tenait au bord de l’eau.

22 Un chef de la synagogue locale, nommé Jaïrus, arriva. Il vit Jésus, se jeta à ses pieds

23 et le supplia avec insistance : « Ma petite fille est mourante, dit-il. Je t’en prie, viens et pose les mains sur elle afin qu’elle soit sauvée et qu’elle vive ! »

24 Jésus partit avec lui. Une grande foule l’accompagnait et le pressait de tous côtés.

25 Il y avait là une femme qui avait des pertes de sang depuis douze ans.

26 Elle avait été chez de nombreux médecins, dont le traitement l’avait fait beaucoup souffrir. Elle y avait dépensé tout son argent, mais cela n’avait servi à rien ; au contraire, elle allait plus mal.

27 Elle avait entendu parler de Jésus. Elle vint alors dans la foule, derrière lui, et toucha son vêtement.

28 Car elle se disait : « Si je touche au moins ses vêtements, je serai guérie. »

29 Sa perte de sang s’arrêta aussitôt et elle se sentit guérie de son mal.

30 Au même moment, Jésus se rendit compte qu’une force était sortie de lui. Il se retourna au milieu de la foule et demanda : « Qui a touché mes vêtements ? »

31 Ses disciples lui répondirent : « Tu vois que la foule te presse de tous côtés, et tu demandes encore : “Qui m’a touché ?” »

32 Mais Jésus regardait autour de lui pour voir qui avait fait cela.

33 La femme tremblait de peur parce qu’elle savait ce qui lui était arrivé ; elle vint alors se jeter à ses pieds et lui avoua toute la vérité.

34 Jésus lui dit : « Ma fille, ta foi t’a guérie. Va en paix, délivrée de ton mal. »

35 Tandis que Jésus parlait ainsi, des messagers vinrent de la maison du chef de la synagogue et lui dirent : « Ta fille est morte. Pourquoi déranger encore le Maître ? »

36 Mais Jésus ne prêta aucune attention à leurs paroles et dit à Jaïrus : « N’aie pas peur, crois seulement. »

37 Il ne permit alors à personne de l’accompagner, si ce n’est à Pierre, à Jacques et à son frère Jean.

38 Ils arrivèrent chez le chef de la synagogue, où Jésus vit des gens très agités, qui pleuraient et se lamentaient à grands cris.

39 Il entra dans la maison et leur dit : « Pourquoi toute cette agitation et ces pleurs ? L’enfant n’est pas morte, elle dort. »

40 Mais ils se moquèrent de lui. Alors il les fit tous sortir, garda avec lui le père, la mère et les trois disciples, et entra dans la chambre de l’enfant.

41 Il la prit par la main et lui dit : «Talitha koum ! » – ce qui signifie « Fillette, debout, je te le dis ! » –

42 La fillette se leva aussitôt et se mit à marcher – elle avait douze ans –. Aussitôt, tous furent frappés d’un très grand étonnement.

43 Mais Jésus leur recommanda fermement de ne le faire savoir à personne ; puis il leur dit : « Donnez-lui à manger. »

Note ZeBible page 1742

Questions de confiance
Voici deux histoires croisées qui disent la confiance en la puissance de guérison de Jésus. Jaïrus intervient pour sa fille de douze ans, mourante. Une femme, dont la vie s’en va par le sang qui s’écoule depuis douze ans, force la guérison en touchant Jésus. Il accorde guérison et paix à la femme qui se jette à ses pieds. La vie s’en est allée pour la fillette. Jésus va lui rendre la vie. Il reconnaît la confiance des personnes. Il est maître sur la vie et sur la mort. Mais l’heure n’est pas encore venue de le révéler à tous, alors, silence !